Guérisseur Magnétiseur Brive Corrèze Barreur de feu
Membre du GNOMA et du SNAMAP
Bernard Virevialle Guérisseur Magnétiseur Brive

11, rue Émile Alain
19100 Brive la Gaillarde
Tél. : 05 55 17 10 82

être bien dans sa globalité

En période de deuil
Bernard Virevialle Guérisseur Magnétiseur Barreur de feu
Brive Corrèze

Bandeau du mois

En période de deuil : moments difficiles, épreuves de la vie


En fin de page, vous pourrez télécharger ces textes


Le jour des morts site Bernard Virevialle

Le jour des morts, œuvre de William Bouguereau (1859)
(Musée des Beaux-Arts de Bordeaux)


FAIRE SON DEUIL


Dans ces instants difficiles qu’il est précieux de se sentir entourés, grandement réconfortés pour surmonter la profonde douleur que nous ressentons au départ d’un être cher.
Que ce départ pour un nouvel ailleurs ne vous désespère pas.
Pourtant le deuil est un fait qui se traduit par une expression de souffrance, de révolte ; une blessure qui vous parait au début ne jamais pouvoir se cicatriser mais petit à petit la conscience s’éveille. C’est sans aucun doute un renoncement confus, plein de contradictions comme par exemple à l’anniversaire de l’être aimé. Tout reflux en nous malgré l’adoucissement du temps qui passe et qui cicatrise petit à petit notre blessure. Ce sont ces soubresauts qui montrent que nous n’avons pas encore fait notre deuil pleinement. Il se trouve aussi sans nous en rendre compte, dans cette intense souffrance, que cela vient d’un amour de soi-même, un instinct de propriété.
Il faut prendre sur nous d’accepter cette réalité et se dire que rien ne peut changer.
Ce qui nous aide aussi à faire notre deuil, c’est une épaule amie, c’est l’écoute, la vraie compassion, l’échange de paroles avec des gens sincères et peut-être qui ont passé les mêmes épreuves. Parler fait du bien et peut changer notre façon de penser, d’atténuer notre souffrance.
Sentir la présence du mort parmi nous.
Nous serons plus réceptifs, c’est ainsi que nous ferons notre deuil.
Le fil ne sera pas sectionné, une présence invisible nous dira :
« Je ne suis pas parti, je ne suis que de l’autre côté du sentier. »

Solange Pioche décembre 2006
Tous droits réservés © Copyright Solange Pioche ©


icone feuilles Bernard Virevialle


COMME UN VOILIER


Je suis debout au bord de la plage.
Un voilier passe dans la brise du matin et part vers l'océan.
Il est la beauté, il est la vie.
Je le regarde jusqu'à ce qu'il disparaisse à l'horizon.
Quelqu'un à mon côté dit :
"Il est parti !"
Parti ? Vers où ?
Parti de mon regard, c'est tout...
Son mât est toujours aussi haut,
Sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine.
Sa disparition totale de ma vue est en moi, pas en lui.
Et juste au moment où quelqu'un près de moi dit : « Il est parti ! »
Il en est d'autres qui, le voyant poindre à l'horizon et venir vers eux,
s'exclament avec joie :
« Le voilà !... »
C'est cela la mort.

William Blake


icone feuilles Bernard Virevialle


LA MORT N'EST RIEN


La mort n'est rien,
Je suis seulement passé, dans la pièce à côté.
Je suis moi. Vous êtes vous.
Ce que j'étais pour vous, je le suis toujours.
Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné,
Parlez-moi comme vous l'avez toujours fait.
N'employez pas un ton différent,
Ne prenez pas un air solennel ou triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Priez, souriez,
Pensez à moi,
Priez pour moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison
Comme il l'a toujours été,
Sans emphase d'aucune sorte,
Sans une trace d'ombre.
La vie signifie tout ce qu'elle a toujours été.
Le fil n'est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de vos pensées,
Simplement parce que je suis hors de votre vue ?
Je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin.

Charles Péguy, d'après un texte de Saint Augustin


icone feuilles Bernard Virevialle


Une ancienne légende arabe raconte qu'un sage homme vivait heureux avec sa famille, une épouse admirable et deux fils chéris. Un jour il dût entreprendre un long voyage de plusieurs jours, et pendant son absence un grave accident provoqua la mort de ses deux fils tant aimés.
La mère sentait son cœur lourd de douleur. Toutefois, étant une femme forte et sage, soutenue par la foi et la confiance en Dieu, elle supporta le drame avec bravoure et dignité.
Elle avait cependant une grande préoccupation à l'esprit : Comment annoncer la triste nouvelle à son mari ? Il avait le cœur fragile et elle avait peur qu'il ne supporte pas le choc. Alors se tournant vers Dieu, elle Lui demanda de l'aider à se sortir de cette triste situation.
Les jours passèrent et son mari rentra de voyage. Il embrassa son épouse et lui demanda des nouvelles de ses deux fils. Elle lui dit qu'ils auraient le temps d'en parler à dîner, mais qu'il prenne d'abord un bon bain.
Après le bain, à table, elle lui demanda comment s'était passé son voyage.
Mais il lui demanda encore des nouvelles de ses fils.
L'épouse embarrassée lui répondit :
- Laisse les garçons. Avant je voudrais que tu m'aides à résoudre un problème qui me parait très important.
- Alors, parle, nous allons résoudre ce problème ensemble, lui dit le sage homme.
- Quand tu étais absent, un ami est passé nous rendre visite et nous a laissé en garde deux bijoux d'une valeur inestimable, mais ces bijoux sont si merveilleux, que je m'y suis attachée et je n'ai pas très envie de les lui rendre.
- Qu'en penses-tu ?
Le mari lui répondit :
- Je ne comprends pas ton comportement. Tu n'as jamais été attirée par ces choses d'apparat, et combien même tu le serais, ces bijoux ne t'appartiennent pas et tu dois les rendre.
- Mais je n'arrive pas à me faire à l'idée de les perdre, lui répondit l'épouse.
Le mari lui rétorqua :
- On ne peut pas perdre ce que l'on n'a jamais possédé. Tu vas rendre ces bijoux, nous allons le faire ensemble aujourd'hui même.
Sa femme lui répondit :
- Très bien mon époux, qu'il soit fait comme tu le veux. Les deux merveilleux bijoux seront rendus à celui qui nous les avait confiés. En vérité c'est déjà fait, car ces bijoux inestimables étaient nos deux fils tant aimés, que Dieu a rappelés à lui.
Le sage homme comprit le message, enlaça sa femme, et sans désespoir ni révolte, ils laissèrent couler leurs larmes.

Anonyme


icone feuilles Bernard Virevialle


LES SAISONS DE LA VIE


Le Printemps.
La terre est verte et fraîche.
Sous le soleil doré,
Nous avons arpenté la terre, Toi et Moi,
Sans nous douter du futur qui nous attendait.
Penseras-tu souvent à moi ?
Quand les fleurs chaque année fleuriront,
Quand la terre à nouveau revivra ?
On dit que la mort c’est la fin,
Mais mon amour pour toi ne peut jamais mourir.
Et comme le soleil a réchauffé nos cœurs,
Que cet amour un soir revienne te toucher,
Quand je serai partie,
Et que tu seras seul,
Et avant, que l'aube n'éparpille tes rêves.

L'Été.
Je n'avais jamais su qu'un oiseau
Pouvait chanter si clair et si doux,
Avant que l'on dise qu'il faudrait se quitter,
Pour un temps.
Je n'avais jamais vu le bleu du ciel si pur,
Avant d'apprendre que jamais je ne vieillirais avec toi.
Mais, j'aime mieux avoir été aimée de toi,
Que d'avoir vécu un million d'étés,
Sans jamais avoir connu ton amour.
Ensemble toi et moi,
Souvenons-nous des jours, souvenons nous des nuits,
Pour l'éternité.

L'automne.
Et la terre se met à mourir,
Les feuilles sur les arbres deviennent brun doré.
Pense à moi à l'automne, car j'y marche avec toi,
Comme autrefois le soir, sur les trottoirs des villes.
Même, si je ne peux plus te tenir la main.

L'Hiver.
Peut-être un jour trouverons-nous
Une autre maison, une autre cheminée
Et son feu pétillant, sa fumée odorante.
Et tout à coup nous retournant, nous serions là, ensemble,
Et je t’entendrais rire et toucherais ta face,
Et me tiendrais tout contre toi encore ...
Si d'ici là, la solitude vient te trouver,
Quelque soir d'hiver et de neige,
Rappelles-toi : Quoique la mort me soit venue,
L 'Amour ne s'en ira jamais.

Elisabeth Kûbler-Ross


icone feuilles Bernard Virevialle


HISTOIRE D'UNE LIBELLULE


Au fond d’un vieux marécage vivaient quelques larves qui ne pouvaient comprendre pourquoi
nul du groupe ne revenait après avoir rampé le long des tiges de lys jusqu’à la surface de l’eau.
Elles se promirent l’une à l’autre que la prochaine qui serait appelée à monter reviendrait
dire aux autres ce qui lui était arrivé.

Bientôt, l’une se sentit poussée de façon irrésistible à gagner la surface ;
elle se reposa au sommet d’une feuille de lys et subit une magnifique transformation
qui fit d’elle une libellule avec de très jolies ailes.
Elle essaya en vain de tenir sa promesse.
Volant d’un bout à l’autre du marais, elle voyait bien ses amies en bas.
Alors, elle comprit que même si elles avaient pu la voir,
elles n’auraient pas reconnu comme une des leurs une créature si radieuse.

Le fait que nous ne pouvons voir nos amis et communiquer avec eux après la transformation
que nous appelons la mort n’est pas une preuve qu’ils ont cessé d’exister.

Walter Dudley Cavert


icone feuilles Bernard Virevialle


EXTRAIT DU LIVRE : "LA MORT EST UN NOUVEAU SOLEIL" de Elisabeth Kübler-Ross


Après être passé par une transition visuellement très belle et fonction de l'individu,
disons un tunnel, nous approchons d'une source lumineuse que beaucoup de nos malades
ont décrite et qu'il me fut donné d'approcher moi-même.
J'ai pu vivre l'expérience la plus merveilleuse qui soit. Elle est inoubliable.
On l'appelle conscience cosmique.
En présence de cette lumière que la plupart des initiés de notre culture occidentale appellent Christ,
Dieu, Amour ou simplement Lumière, nous sommes enveloppés d'un amour total et inconditionnel empreint de compréhension et de compassion.

Cette lumière prend son origine dans la source de l'énergie spirituelle pure et n'a rien à voir
avec l'énergie physique ou psychique.
L'énergie spirituelle ne peut être ni créée ni manipulée par l'homme.
Elle existe dans une sphère où la négativité est impossible.
Cela veut dire aussi qu'en présence de cette lumière nous ne pouvons avoir de sentiments négatifs, quelque mauvaise qu'ait pu être notre vie et quelque profonds puissent être nos sentiments de culpabilité. Dans cette lumière que beaucoup appellent Christ ou Dieu, il est également impossible
d'être condamné, car il est Amour absolu et inconditionnel.
Dans cette lumière nous réalisons ce que nous aurions pu être, la vie que nous aurions pu mener (...).

En présence de l'énergie spirituelle, nous n'avons pas besoin d'une forme physique.
Nous quittons le corps éthérique et reprenons la forme que nous avions avant d'être nés sur terre et que nous aurons dans l'éternité, entre nos vies, et que nous aurons lorsque nous nous unirons avec la source, c'est à dire Dieu, après avoir accompli notre destinée.

"Il me fut accordé la grâce de voir de mes propres yeux, en plein jour,
des centaines de ces structures énergétiques.
Cela ressemblait à un grand nombre de flocons de neige en mouvement,
avec des pulsations, chacun ayant une lumière, des couleurs, des formes différentes.
C'est ainsi que nous serons après notre mort, et nous avons existé ainsi avant notre naissance."

 

Pour en savoir plus sur ce livre Cliquez ici


En période de deuil site Bernard Virevialle


Pour télécharger "En période de deuil" au format "PDF" pour Mac et PC cliquez ici

 


icone feuilles Bernard Virevialle